Hitler et son ascension. On imagine souvent l’agitateur de brasseries, sorti de nulle part, exaltant les foules, une espèce de self-made man, qui, peu à peu, a réussi à soulever les masses et à se hisser jusqu’au pouvoir. Le talent oratoire d’Hitler est indéniable. Sa capacité à capter l’attention des foules l’est tout autant.

Capture 1.PNG

Cependant, Hitler n’aurait rien été sans le support financier des élites. Ce sont en effet ces élites, qui ont permis à Hitler et au NSDAP d’obtenir des fonds et des appuis politiques, facteurs primordiaux pour le Führer dans sa quête du pouvoir.

Nous allons aujourd’hui revenir sur la rencontre entre Hitler et les élites allemandes, puis je dresserai un portrait de ces grandes familles et de ce qu’elles sont devenues.

Il faut tout d’abord comprendre un élément essentiel : la classe supérieure, au début du XXème siècle, se rencontrait encore dans ce qu’on appelait les salons. Ces salons étaient des rendez-vous convenus entre nobles et bourgeois où l’on conversait sur la littérature, le théâtre, l’arts et les sciences. Le salon était le lieu de sociabilité principal des élites partout en Europe depuis le XVIIème siècle. Souvent organisé dans les palaces, ces milieux très chics permettaient aux grand possédants de se connaître. On connaît en France les salons de madame Des Loges sous Louis XIII, ou encore, un peu plus tard, le salon de madame de Lespinasse qui accueillait les encyclopédistes. La tradition était que ces salons étaient souvent tenus par des femmes. On aimait s’y rendre pour se montrer, échanger des bons mots.

Hitler, bien entendu, n’avait pas accès à ses salons, de par son origine plus que modeste. Comment a-t-il pu alors y accéder? La progression de ses relations mondaines fut en fait corrélée à son affirmation de leader politique. La fulgurance de la popularité d’Hitler a été ahurissante : Son premier discours en octobre 1919 se tint devant un public d’environ 25  personnes . Une centaine de personnes quelques semaines plus tard, 150 personnes à la brasserie Eberlbraükeller le mois suivant. 2000 participants, en février 1920, soit seulement 4 mois après ses débuts,vinrent l’écouter présenter son programme en 25 points à la Hofbräuhaus. Un an plus tard, 6000 personnes remplirent le cirque Krone pour entendre le Führer. Il faut le dire, Hitler était une bête de scène qui arrivait à hypnotiser son auditoire. Goebbels, dans son journal, décrira la ferveur qui entourait les discours d’Hitler:

« Près de 8000 personnes étaient rassemblées dans la salle. La foule était amorphe, somnolente, comme endormie. Tout à coup, sans avoir attiré l’attention, quelqu’un
se leva et commença à parler avec hésitation et timidement d’abord, comme s’il cherchait les mots parfaitement appropriés à l’expression de pensées dont la grandeur ne pouvait s’adapter aux limites étroites du langage courant.
Soudain, le discours conquit l’auditoire. J’étais saisi, j’écoutais… La foule se réveilla. Une  lueur d’espérance illumina les visages gris, ternes, hagards. Au fond de la salle, quelqu’un se leva en brandissant le poing. Mon voisin ouvrit son col et essuya la sueur de son front. Près de moi, deux sièges plus loin, à ma gauche, un vieil officier
pleurait comme un enfant. J’avais chaud, puis froid : je ne savais pas ce qui m’arrivait. J’avais l’impression que des canons tonnaient… J’étais emporté au-delà de moi-même
et j’ai crié : Hourrah ! Personne ne parut étonné. L’homme qui parlait là-bas me regarda un moment. Ses yeux bleus, brûlants comme une flamme, croisèrent mon regard. C’était un commandement! ».

Ce qui est intéressant de souligner, et qui fut un facteur primordial dans l’introduction d’Hitler auprès des élites, c’est la capacité de ces brasseries bavaroises à attirer les différentes catégories sociales. En effet, il ne faut pas envisager ces lieux comme des repaires à ouvriers déprimés, chassant leurs problèmes dans les chopes de bières, dansant sur les tables, se bagarrant et fumant sur ces grands bancs de bois dur. La mixité sociale dans les brasseries était réelle. On y croisait toutes les catégories : des ouvriers, des employés, des bourgeois, etc. C’est grâce à ce public hétérogène qu’Hitler a pu se faire remarquer par les couches supérieures de la société. De plus le retentissement de ses succès fut véhiculé par la presse munichoise, ce qui entraîna la bonne société à venir voir cet individu qui embrasait les foules.

Trois rencontres avec des membres de la haute société ont eu un rôle primordial pour Hitler :

1- Dietrich Eckart

eckartdietrichbio.jpg
Dietrich Eckart

C’est lui qui lança Hitler devant les foules des brasseries. La première personne qui permettra à Hitler de se créer un réseau social au sein de la classe dominante fut sans conteste Dietrich Eckart. Eckart, fondateur du parti DAP (qui deviendra NSDAP sous l’impulsion d’Hitler). Eckart, fils de notaire, journaliste réputé, disposait d’une jolie petite fortune, qui lui permettait de fréquenter la haute société allemande. Il rencontra Hitler lors du fameux 14 août 1919, jour de la réunion où le futur Führer, présent en tant qu’observateur pour le compte de l’armée, ne put s’empêcher de reprendre un orateur en public et de l’humilier (l’orateur souhaitait une sécession de la Bavière, chose inimaginable pour Hitler).  Baumann, l’orateur en question, se retira comme « un caniche aspergé d’eau » commenta plus tard Hitler. Eckart, impressionné par la prestation du jeune homme, lui donna une brochure et l’invita à rejoindre le mouvement. Ce que fit Hitler quelque jours plus tard. C’est Eckart qui introduisit Hitler dans les milieux aisés munichois. Homme de réseau, il fréquentait la Société de Thulé, un club völkisch (courant intellectuel raciste qui avait pour but de redonner au peuple allemand ses racines païennes), composé d’une centaine de personnalités fortunées de la capitale bavaroise. On y trouvait entre autre Julius F.Lehmann, directeur influent de la maison d’édition du même nom, le journaliste Karl Herrer, Gottfried Feder, un économiste qui théorisera le modèle économique du IIIème Reich. Cette société, au-delà de l’apport économique qu’elle apporta au parti nazi, aida beaucoup le jeune Hitler à forger ses idées en vue de prendre le pouvoir. On dit qu’Eckart fut l’homme qui réussit à influencer le plus Adolf Hitler. Quoiqu’il en soit, son rôle fut primordial pour ce dernier. Eckart, cependant, fut peu à peu écarté par Hitler qui affirma son autorité et il mourut d’une attaque cardiaque en 1923. Hitler, dans son second tome de mein Kampf, lui rendra hommage :

 

« Et je veux ranger parmi eux, comme un des meilleurs, l’homme qui a consacré sa vie à réveiller son peuple, notre peuple, par la poésie et par la pensée, et finalement par l’action : Dietrich Eckart »

— Adolf HitlerMein Kampfp. 685

C’est grâce à Eckart qu’Hitler rencontra le vieux général Ludendorff à Berlin. Ludendorff jouissait d’un prestige sans conteste dans les milieux militaires et de la noblesse. C’est encore Eckart qui présenta le Führer à la famille Bechstein, en 1920.

2 – Le couple Bechstein

ODQ5OTk3Ji1-emBgUgQ3cmcFYD1FRD9qIVlgNURVYC4hUCh7WAZ3fGIaf2RbbA4WAQR-bV8Kd3x_Xz8xDA==
Helene Bechstein avec Hitler

Le couple Bechstein est un élément essentiel dans la carrière d’Hitler. Edwin était le fils du fondateur des très célèbres pianos Bechstein, et dirigeait l’entreprise. Avec sa femme Hélène, ils tenaient l’un des salons les plus en vue de Munich et d’Allemagne, auquel Hitler fut convié régulièrement. En effet, Hélène a été séduite par le leader politique, et c’est elle qui poussa son mari à le connaître. Edwin finira par le prendre en amitié. Ainsi, le Führer devint un ami de la famille, et fut invité à toute sorte de dîners, ainsi que dans leur propriété de l’Obersalzberg. Pendant l’année, le couple résidait au célèbre hôtel de luxe « Vier Jahreszeiten » ou toute la haute société se retrouvait. Il est important de rappeler que c’est dans cet hôtel que se réunissait la société de Thulé. C’est dire si tout ce monde gravitait dans le même univers même si les cercles dans lesquels évoluait Hitler ne se croisaient pas forcément.

 

Pour Hitler, cet appui signifia deux choses : tout d’abord, une manne financière importante pour lui-même et le parti. Le couple se montrait très généreux envers le parti et Hitler. Ils lui offrirent toute sorte de cadeaux, comme sa première voiture de luxe, une Mercedes rouge. On pourrait comparer cette tutelle comme un mécénat de la part des Bechstein. Sauf que l’artiste était un leader politique. Ensuite, le couple Berstein lui offrait surtout une entrée dans la très haute société industrielle, ainsi qu’un horizon élargi. Hitler pouvait désormais fréquenter les grandes fortunes de toute l’Allemagne et non plus seulement de Munich. Sans les Bechstein, Hitler n’aurait jamais eu accès à l’élite allemande.

Edwin Bechstein mourut en septembre 1934 et eut le droit a des funérailles nationales, en présence d’Hitler. Hélène, qui appelait Hitler, « mon petit loup » et qu’elle considérait comme son fils adoptif, mourut un 1951, après avoir été condamnée pour avoir été une collaboratrice nazie. Elle dût effectuer 60 jours de travaux forcés, et 30% de ses actifs lui furent confisquées.

La société Bechstein, quant à elle, fut réquisitionnée par les américains et elle ne put produire des pianos qu’à partir de 1951, après avoir été rendue à la famille Bechstein. Elle est aujourd’hui encore une société de pianos réputée dans le monde entier. Sur son site internet, l’entreprise mentionne d’ailleurs la période nazie. S’il faut apprécier le geste (ce n’est pas toutes les entreprises qui assument leur passé nazi), l’entreprise semble rejeter la faute uniquement sur Hélène et non sur Edwin. S’agit-il de nier la vérité afin de blanchir Edwin, et par conséquent, le nom ainsi que la marque Bechstein? Il le semble, tant l’entreprise nous rappelle qu’Hélène est née Capito, et non Bechstein. D’autre part, si le fait que l’entreprise admet qu’Hitler ait bien reçu de l’argent, c’est encore Hélène qui semble être à l’origine de tous les versements, comme si Edwin n’était en rien responsable. La vérité historique est toute autre. Edwin était tout aussi admiratif d’Hitler (il est allé le voir pas moins de 6 fois en prison) et a participé, comme sa femme, à l’appui financier et social d’Hitler. Enfin l’entreprise insiste bien sur le fait que la période nazie n’a eu aucun impact économique positif sur la vente des pianos. Pire, elle semble avoir eu des conséquences négatives, la clientèle s’étant détournée de l’influence négative de cette antisémite d’Hélène. Beaucoup de raccourcis, pour un devoir de mémoire tronqué.

3 –  Ernst Hanfstaengl

Bundesarchiv_Bild_183-R41953,_Ernst_Hanfstaengl.jpg
Ernst Hanfstaengl

Ernst Hanfstaengl eut également un rôle primordial dans la vie mondaine d’Hitler. En effet, il introduisit Hitler dans un cercle différent de celui d’Eckart ou des Bechstein. Fils du photographe de la cour de Bavière et marchand d’art fortuné, Hanfstaengl épousa aux Etats-Unis la fille d’un riche entrepreneur germano-américain. Après 10 années passées de l’autre côté de l’Atlantique et des études à Harvard, il rentra en 1921 à Munich. Ses relations avec l’élite américaine de Harvard lui permirent de rencontrer Hitler. En effet, l’un de ses anciens amis d’université, Warren Robbins, devenu haut-fonctionnaire à Berlin, lui demanda de loger un jeune militaire chargé d’observer les mouvements politiques dans la capitale bavaroise. Ne pouvant se rendre à un rassemblement, ce jeune militaire du nom de Truman-Smith, demanda à Hanfstaengl d’assister, pour lui, à un meeting du NSDAP. C’est ainsi qu’il se rendit à un discours d’Hitler.  Il fut tout de suite subjugué par la prestation du tribun, et vint se présenter à lui à la fin de la réunion. Il lui déclara qu’il était à 95% d’accord avec ce qu’Hitler avait dit, et qu’il souhaiterait vivement discuter des 5% restants. Ce à quoi le Führer répondit chaleureusement qu’il serait ravi de discuter avec lui. Une relation de confiance s’instaura peu à peu entre les deux hommes. C’est lui qui rendit, grâce à ses relations, Hitler et le parti fréquentable. Pour ce faire, il organisait des dîners, avec des personnalités célèbres du moment, comme le correspondant de presse du milliardaire américain Hearst, le célèbre journaliste William Bayard Hale, des peintres, des artistes, des photographes et certains membres de la noblesse. Le but, selon Hanfstaengl, était d’élargir l’approche géopolitique d’Hitler. Cet argument, ce colosse d’1 mètre 88, aime l’utiliser dans ses mémoires. Celles-ci sont à prendre avec des pincettes, tant il aime se montrer jouer les beaux rôles. C’est d’ailleurs lui qui se vante d’avoir appris les bonne manières à Hitler : apprendre à se tenir à table, à manger, etc. Si on n’est pas certain de la véracité de ses propos, il est en revanche sûr que Hanfstaengl a permis à Hitler de fréquenter peu à peu les meilleurs restaurants de Munich, et d’entrer en contact avec le monde politique et diplomatique. De plus, il fut l’un des premiers financiers du parti, totalement ruiné à l’époque. Ses talents de pianiste, très apprécié par Hitler, en fit un de ses plus proches compagnons de route.

 

Cependant, après l’avènement d’Hitler au pouvoir, Hanfstaengl devint de plus en plus hostile à la politique d’Hitler. Considéré comme une figure de l’aile gauche du parti, il se heurta violemment à Goebbels et d’autres huiles du parti. Les relations se tendirent peu à peu avec le Führer, ce qui précipita sa chute.

Ainsi, en février 1937, Goebbels et Hitler mirent en place un plan destiné à Hanfstaengl afin de faire cesser son comportement jugé trop critique. Ils firent semblant de vouloir l’envoyer en Espagne avec pour ordre de coordonner les services de presse allemands. Alors qu’il se trouvait dans l’avion, le pilote informa Hanfstaengl qu’il avait reçu l’ordre de le parachuter au-dessus des lignes communistes. Tout cela n’était cependant qu’une farce, destinée à effrayer Hanfstaengl, l’avion n’ayant même pas quitté le territoire allemand. Hanfstaengl fut néanmoins pris de panique et, après avoir atterri à Leipzig, il quitta immédiatement le Reich pour se réfugier en Suisse.

Depuis la Suisse, il devint conseiller de Roosevelt en vue de la guerre. A la fin de celle-ci, il revînt à Munich et y mourut en 1975.

Pour conclure cet article, il est important de rappeler que d’autres personnes ont eu un impact considérable dans l’accession au pouvoir d’Hitler. On peut ici citer les Wagner par exemple, mais ces quatre personnes mentionnées plus haut furent à l’origine de la montée en puissance d’Hitler. Elles lui permirent de graviter au sein de trois cercles différents (qui s’ignoraient souvent) de l’élite allemande et bavaroise, et de devenir quelqu’un d’acceptable. L’acceptabilité fut essentielle pour Hitler afin d’obtenir de généreux dons, qui permirent de battre le pavé et au NSDAP de se faire connaître aux yeux du grand public. Sans ces soutiens financiers et sociaux, Hitler n’aurait certainement jamais accédé au pouvoir.

Sources :

La vie mondaine sous le nazisme, Fabrice d’Almeida, éditions Tempus.

https://www.cairn.info/revue-revue-d-histoire-de-la-shoah-2018-1-page-207.htm

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s