Indiana Jones, une saga de légende. Mais si le célèbre personnage de l’archéologue au chapeau était une copie lointaine d’un nazi?

Nous sommes en 1977 sur une plage d’Hawai. Steven Spielberg et George Lucas prennent des vacances. C’est ce dernier qui propose à Spielberg le scénario d’Indiana Jones. Avec la suite qu’on connaît : Un succès phénoménal, et la révélation de l’icône Harrison Ford.7979438408_5f5710bd9c_b

Mais qui se cache derrière Indiana Jones?

Spielberg et Lucas ont-ils été influencés par des explorateurs? Spielberg et Lucas disent s’être surtout inspirés de films des années 40 comme « The Perils of Nyoka » (1942). Mais il ne faut pas chercher bien loin pour trouver des personnages qui ressemblent fortement à notre héros au chapeau.

On cite souvent un personnage lorsque l’on parle du modèle d’Indiana Jones : Roy Chapman Andrews, un archéologue anglais. Séducteur, intrépide, cet aventurier qui partit à l’aventure dans le désert de Gobi ressemble en effet fortement à notre Indi. La peur des serpents, l’absence de peur face au danger, la fougue sont autant de qualités qui le rapprochent du professeur Jones.

Mais un autre homme, moins connu, aurait pu lui aussi servir de modèle à Indiana Jones,  et ce, malgré les dires de son créateur. Cet homme, c’est Otto Rahn. Un SS au service d’Heinrich Himmler.

Qui est donc Otto Rahn, cet Indiana Jones nazi?

Otto Rahn, né en 1904, était un élève brillant. Il suivit des cours de droit, puis de littérature et de philologie. Mais ce qui le passionnait le plus, c’était l’étude des mythes anciens, de l’histoire des cathares, ou encore des légendes comme celle du roi Arthur ou de Parzifal.

Otto_Rahn.
Otto Rahn

À tel point que Rahn, après l’étude de légendes orales véhiculées par les troubadours du Moyen-Âge, fut persuadé d’avoir trouvé la piste du Graal, cette relique sacrée qui aurait recueilli le sang du Christ.

Il organisa plusieurs expéditions dans le sud de la France, où avaient vécu la majorité des Cathares, afin de retrouver la relique, qui selon la légende, apporterait de grands pouvoirs à celui qui la trouverait. Il visita les châteaux comme Montségur, étudia les plans des grottes de l’Ariège, d’éventuels souterrains. Il était persuadé que les Cathares, décimés par la croisade organisée contre eux au XIIIème siècle, avaient caché le Graal et laissé des traces pour le retrouver.

Montsegur_(1)
Montségur de nos jours

Mais malgré d’âpres recherches dans les différentes grottes d’Occitanie, la quête fut infructueuse. Otto Rahn revint alors en Allemagne et il écrivit un livre sur son aventure: Croisade contre le Graal. Une aventure qui ressemble fortement à celle d’Indiana Jones.

Et c’est au moment où Rahn rentra en Allemagne qu’Heinrich Himmler, chef suprême de la SS, intervint dans la partie. Un homme comme Otto Rahn, avant l’avènement du IIIème Reich, n’était pas pris au sérieux au sein des cercles intellectuels allemands. On le considérait comme un clown, obsédé par les contes de fée. Mais l’arrivée des nazis changea la donne. On le sait, Himmler créa, au château de Wewelsburg, un centre occulte du nazisme, qui étudiait notamment les mythes anciens et les légendes. Himmler et d’autres dignitaires nazis s’intéressaient à tout ce qui avait attrait à l’ésotérisme et à l’occultisme.

heinrich_himmler
Himmler

On ne peut donc pas être surpris qu’Himmler ait été très intéressé par la lecture de la thèse d’Otto Rahn, lui qui croyait aux légendes arthuriennes, qui célébrait les fêtes païennes, et qui participait à des rituels et des messes noires.

Il approcha Otto Rahn en 1934, en lui proposant de financer ses recherches sur le Graal. Une seule condition, que Rahn intègre l’ordre noir de la SS. Otto Rahn était ruiné, criblé de dettes, et toujours aussi passionné par sa quête. Il accepta l’offre d’Himmler en 1935, par opportunisme, et fut incorporé à l’Ahnenerbe, une institution composée d’universitaires chargée d’étudier l’héritage ancestral (le but était de prouver scientifiquement que la race allemande était une race supérieure).

Ainsi, Rahn partit aux quatre coins du globe pour retrouver le Graal, dirigea des des fouilles, des escavations, en Islande, en Allemagne, en France pendant plus de deux ans, toujours sans succès. Himmler, extrêmement agacé par le manque de résultats, dégrada finalement Rahn en 1937, et ce dernier finit gardien des camps de concentration de Dachau et de Buchenwald.

Or, on l’a dit Rahn devint nazi par opportunisme. Il ne croyait en rien aux thèses nazies sur l’aryanisme. Dans les camps de concentration, il découvrit l’horreur, la mort, la terreur, les épidémies, les expériences nazies. La vue de ces atrocités lui fut insoutenable, d’autant plus qu’il cachait un lourd secret : il était lui même homosexuel et juif. Il essaya en vain de dissimuler son ascendance juive, mais fut dénoncé en 1939 par les services chargés de vérifier ses gènes. Rahn fut alors obligé de fuir.

La fin de l’histoire demeure aujourd’hui encore un mystère. La thèse officielle nous raconte qu’Otto Rahn se rendit dans les alpes autrichiennes, avec une bouteille de whisky et des somnifères à la main, et se laissa mourir de froid. Son corps fut retrouvé quelques jours plus tard, et un communiqué officiel acta la mort de l’intrépide archéologue, qui passa sa vie dans les grottes du monde à chercher le Graal.

Rudolf_Rahn_Auswärtiges_Amt
Rufolf Rahn

L’autre thèse, développée par Christian Bernadac, auteur du livre « Le mystère Otto Rahn, du catharisme au nazisme », est que Rahn n’est pas mort en 1939. Selon Bernadac, preuves à l’appui, il se fit en effet radier par les SS mais continua une carrière de diplomate, notamment en Syrie, en France puis en Italie. Il fut jugé au procès de Nuremberg, mais finalement relâché en 1949 et il mourut en 1975, à Düsseldorf.

Mort ou pas, diplomate ou pas, Otto Rahn, passionné par la lecture des runes anciennes, en train de fouiller les grottes pleines de toiles d’araignées à la recherche du Graal, la ressemblance avec Indiana Jones est flagrante. En effet, le 3ème opus de la saga, Indiana Jones et la dernière croisade, semble fortement imprégné de la vie de Rahn. On y retrouve des nazis en quête de la relique sacrée, une scène dans un château autrichien où les nazis étudient secrètement les mythes qui fait étrangement penser à Wewelsburg, ou encore la recherche de tombes de templiers, quand Otto Rahn cherchait les tombes des Cathares.

Si cette vérité n’a jamais été admise officiellement, elle semble pourtant difficile à réfuter. Il n’y a d’ailleurs pas de mal à s’inspirer de faits réels pour développer un film, et nous ne remercierons jamais assez Spielberg pour nous avoir tous fait rêver un jour de devenir Indiana Jones.

Sources :

Le mystère Otto Rahn, du catharisme au nazisme, Christian Bernadac éditions france-empire.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Otto_Rahn

https://www.ladepeche.fr/article/2016/08/28/2407840-montsegur-les-nazis-y-cherchaient-le-graal.html

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s