Le devoir de mémoire

Cologne, Appellhofplatz 23-25. Un bâtiment gris de trois étages, qui n’a rien de spécial, sinon le fait qu’il a abrité le siège de la Gestapo, de 1935 à 1945. À l’étage, se trouvaient les bureaux, aux sous-sol, les prisons. 10, exactement.

49_01
Prisons de la Gestapo, Cologne

C’était dans ces sous-sols que l’on interrogeait les ennemis, les résistants, mais aussi ceux qui avaient osé se moquer publiquement du Führer. Le problème, c’est que les passants pouvaient entendre les cris des personnes torturées, on décida donc de pratiquer les interrogatoires dans l’arrière-cave, pour plus de tranquilité. Dans l’arrière-cour du bâtiment, des centaines de personnes furent exécutées sommairement.

 

Berlin, Niederkirchnerstraße, autrefois Prinz-Albrecht-Strasse. Au numéro 8 de l’ancienne rue de l’administration nazie se situait la Gestapo de Berlin et ce, dès 1933.

download
la Gestapo de Berlin

Personne ne s’arrêtait devant ce bâtiment néo-classique à la façade austère, synonyme de mort. Environ 500 personnes y travaillaient chaque jour. 39 cellules y ont été installées dans les caves. Quinze mille opposants au régime y ont été emprisonnés et torturés. La torture cela pouvait être le fait de limer les dents, d’arracher les ongles. On y pratiquait le supplice de l’électricité ou de la baignoire.

Cologne, de nos jours, Appellhofplatz 23-25. Le bâtiment gris est toujours debout. Il abrite un musée: la EL-DE-Haus. Il est également le siège du Centre de documentation sur le nazisme, le plus grand centre d’Allemagne. La visite est poignante. En effet, après l’exposition, on pénètre dans les anciennes prisons. On peut encore y voir les graffitis laissés par les anciens détenus. Le but, comprendre, et se souvenir. Un bel effort dans le devoir de mémoire.

Berlin, Niederkirchnerstraße 8. Plus d’immeuble de type néo-classique. Reste les ruines du sous-sol, et les anciennes caves de briques rouges qui servaient à la torture des prisonniers. Une exposition en plein air, des panneaux sur la vie des différentes victimes. Au dessus, presque ironiquement, se dresse les restes du mur de Berlin. Un symbole de ce passé difficile que porte Berlin. À la place de l’ancienne Gestapo, un musée: Topographie des Terrors, un lieu dédié à la documentation sur la planification et l’exécution des crimes de la Gestapo, des SS et de la Sécurité du IIIème Reich. À voir absolument.

Topographie_des_Terrors_2011
Topographie des Terrors (avec le mur de Berlin au dessus)

Le cas munichois

Munich, Brienner Strasse 18, 1933. Le palais des Wittelsbach fut réquisitionné par la Gestapo qui y installa son quartier général et sa prison. Tortures, assassinats, mise en place de l’épuration des juifs: en un mot, la terreur, jusqu’en 1944, date à laquelle le palais fut détruit par une bombe américaine.

Wittelsbach-Palais
Le palais des Wittelsbach

Après la guerre, les ruines du bâtiment furent totalement rasées et le terrain vendu en 1958 à une banque, la Bayerische Landesbank, qui y construisit son siège social. Ainsi, lorsque vous cherchez le siège de la BLB, l’adresse est la suivante : Brienner Strasse 18, 80333 München. Pas de mémorial, pas de musée, rien.

 

Il a fallu attendre 1984 pour que des associations demandent la mise en place d’une plaque commémorative. La banque n’en voulait pas, mais elle dût accepter à contrecoeur face à la pression médiatique.

Ainsi devant cet immense immeuble moderne, une petite plaque fut aposée. Le strict minimum. Mais il y a un autre problème. Au delà de la taille insignifiante de cette plaque et qu’il a fallu attendre 40 ans, le texte est abérrant.

170px-Gedenktafel_Wittelsbacher_Palais-1
La plaque commémorative

Ainsi on peut lire: « Ici se tenait le palais des Wittelsbach. Construit en 1848 par Friedrich von Gärtner. De 1848 à 1868, il est la résidence secondaire du roi Louis Ier. De 1887 à 1918, il est la maison principale du roi Louis III. En 1919, le site de réunion du comité d’action de la république soviétique. Pendant l’ère du régime de terreur national-socialiste, le « bâtiment de service » de la Gestapo. Détruit par les bombardements en 1944. » Il est tout simplement choquant de voir qu’une ligne seulement mentionne la Gestapo. Et que celle-ci ne semble même pas condamner l’horreur perpétrée en ce lieu pendant plus de 10 ans.

 

Munich fait du Munich. Le silence fut la meilleure des réponses d’après-guerre. La continuité, l’oubli volontaire du passé, telle fut l’attitude de la Bavière face à son passé. Je rappelle que le premier musée sur le nazisme a ouvert ses portes en 2015, soit 70 ans après la fin de la guerre. Un peu tard non? Il faut mentionner que la police municipale munichoise se trouve toujours dans les murs qui ont abrité les premiers services de répression nazis.

Le Polizeipräsidium München, commissariat de police du centre-ville

Saviez-vous que la police occupe toujours les anciens locaux SS du camp de concentration de Dachau? Pas étonnant, quand on sait qu’il a fallu obliger l’État de Bavière à créer un mémorial au camp de Dachau, alors que la ville avait transformé le camp en quartier résidentiel car il fallait mettre un terme à la « diffamation du pays de Dachau » (selon le Conseil de l’État de Bavière). C’est tout simplement scandaleux de voir que la Bavière traîne toujours les pieds quand il s’agit d’assumer son passé. Honte ou fierté de ce passé?

Quoiqu’il en soit, contrairement aux autres villes d’Allemagne qui font leur travail de mémoire, Munich a encore beaucoup de progrès à faire, ne serait-ce qu’en termes de volonté.

Sources:

http://www.tracesofevil.com/2008/01/munich-hofbrauhaus.html

https://books.google.fr/books?id=VHLfb3kljBwC&pg=PA303&lpg=PA303&dq=plaque+bayerische+bank+brienner+strasse&source=bl&ots=f5uWUYXoz5&sig=8jB1-XaHQNC0wF-uoPPA8VGgXO8&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj-sLmPg5jXAhXBrRoKHVszBbIQ6AEIPTAD#v=onepage&q=plaque%20bayerische%20bank%20brienner%20strasse&f=false

http://www.br.de/nachrichten/ns-dokumentationszentrum-muenchen-erinnerungskultur100.html

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s