La Vierge à l’Enfant, de Lucas Cranach l’Ancien. Un tableau d’une valeur inestimable. C’est le cadeau de baptême de la ville de Cologne à la petite Edda en novembre 1938, alors âgée de 5 mois à peine. Mais rien n’est trop beau pour elle. Pour sa naissance, son père a fait survoler Berlin par 500 avions. Les nouveaux parents ont reçu plus de 600 000 télégrammes de félicitations. Elle se nomme Edda Goering, elle est la fille du dauphin d’Hitler, Hermann Goering. Son parrain n’est autre que le Führer en personne.

2015, à Munich. Le parlement bavarois refuse la requête d’Edda, vieille dame de 77 ans. Elle avait demandé à ce qu’une partie de la fortune de son père lui soit restituée, afin de pouvoir « vivre décemment ». Son père, qu’on peut considérer comme le Néron des temps modernes, avait en effet accumulé une fortune considérable en pillant les oeuvres à travers l’Europe. Il est donc tout à fait normal qu’elle ait été confisquée juste après la guerre.

Il est vrai qu’Edda, après avoir connu les fastes des palais jusqu’en 1945, a vécu dans la misère. Elle resta vivre avec sa mère dans un minuscule appartement de Munich jusqu’en 1973.

3229675
Edda Goering

C’est peut-être la raison pour laquelle elle a également essayé, quelques années auparavant, de récupérer le fameux tableau de Cranach.  Un long procès entre la fille du dignitaire nazi et la ville de Cologne s’était engagé mais la justice donna finalement raison à cette dernière. Elle aura essayé toute sa vie d’obtenir un héritage de la part du gouvernement, en vain.

Son père, lui, s’est suicidé dans sa cellule lors du procès de Nuremberg le 15 octobre 1946, la veille de son exécution par pendaison. La relation en Hermann et sa fille a toujours été fusionnelle. Il était très présent, l’emmenait à la danse, la bordait tous les soirs, l’amusait avec le lion qu’il s’était acheté.

Edda vivait dans un rêve, dans le chateau de Carinhall, la « maison de campagne » des Georing, et qui comprenait un cinéma, un zoo, un gymnase ou encore un spa.

a1a4f64f0bc20ebab860dff8dd5e3076.jpg
Carinhall

La petite fille était élevée seule, dans le cocon familial qui débordait d’amour. C’est certainement la raison pour laquelle Edda n’a jamais accepté que l’on considère son père comme un monstre. Elle refuse la vérité historique. Pour elle, son père n’a jamais été l’un des instigateurs de la Solution Finale. C’était un homme bon et pas du tout antisémite. Sur ce dernier point, on peut lui donner raison. Goering n’était pas antisémite. Il était antisémite par opportunisme, pas par conviction. Il ne comprenait d’ailleurs pas l’antisémitisme. Dans l’entourage du dauphin d’Hitler, on disait en riant qu’il ne prenait pas bien son antisémitisme au sérieux. Il avait en effet un parrain juif, un demi-frère juif, un secrétaire juif qu’il protégeait, sans parler de ce juif qui l’avait sauvé lors du putsch de 1923 et qu’il avait pris sous sa coupe. Il aimait dire: « Je décide de qui est juif et qui ne l’est pas ». En revanche, c’est bien lui qui  a ordonné à Heydrich de mettre en place la Solution Finale par ordre écrit, le 14 juillet 1941. Dans le but certain de plaire à Hitler. Goering fut donc acteur et complice de l’Holocauste, malgré le fait qu’il ne comprenne pas la haine vouée aux juifs. De plus, Goering était un assassin. Il avait en effet réussi à faire abattre un nombre incalculable de ses concurrents, notamment lors de la Nuit des longs coûteaux.

tumblr_n52d7no9vG1qad6kdo5_250-218x300
Edda Goering

Mais Edda ne veut rien entendre: « Mon père n’était pas un fanatique. On pouvait lire la paix dans ses yeux ». Elle est d’ailleurs très fière de son nom, et jure même que les taxis ne lui font pas payer la course quand elle leur dit son patronyme. Selon elle, la majorité du peuple allemand l’a toujours soutenue:  » Mon père est toujours populaire en Allemagne ». Proche des milieux d’extrême-droite, elle participe de temps à autres à des réunions de nostalgiques du IIIème Reich, et son nom revient souvent avec celui de Gudrun Himmler, et de l’association Stille Hilfe. Comme la fille d’Himmler, elle voue un amour indéfectible à son père, et ne cessera de le défendre qu’à sa mort. Edda vit encore aujourd’hui dans le centre de Munich. Les parties de thé avec Gudrun doivent être bien animées.

 

Sources:

http://www.parismatch.com/Actu/International/La-fille-de-Goering-deboutee-par-la-justice-752578

Enfants de nazis, Tania Crasnianski, éditions Grasset

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s